La religion en Mongolie

Traditionnellement, les Mongols pratiquaient le chamanisme, adorant le ciel bleu. Cependant, le bouddhisme tibétain (appelé aussi le bouddhisme Vajrayana) a gagné plus de popularité après avoir été introduit au 16e siècle. Le bouddhisme tibétain diffuse les préceptes communs au bouddhisme tels que la libération individuelle de la souffrance et la réincarnation. Le Dalaï Lama tibétain, qui vit en Inde, est le chef spirituel de la religion, et est très respecté en Mongolie. Dans le cadre de leur patrimoine chamanique, les gens pratiquent la magie rituelle, le culte de la nature, l’exorcisme, la méditation et la guérison naturelle. Au début du 20e siècle, la Mongolie avait des centaines de monastères bouddhistes et environ 30 pour cent des hommes étaient des moines. Les communistes ont mené une campagne anti-religieuse dans les années 1930 qui a presque détruit le système étendu de monastères. Sous le régime communiste, l’athéisme a été instauré et les monastères ont été fermés, bien que les pratiques chamaniques aient survécu. De 1945 à 1990, un seul monastère (Gandan à Oulan-Bator) a été autorisé à fonctionner. La réforme démocratique qui a commencé en 1990 a permis la liberté de religion. Plus de 100 monastères ont rouvert. Les musulmans Kazakhs sont autorisés à pratiquer l’islam. Beaucoup de jeunes reçoivent une éducation à travers ces centres traditionnels d’apprentissage. Les gens sont de nouveau capables de pratiquer leurs propres traditions.